Douleur dans le vagin en fin de grossesse : quand faut-il s’inquiéter ?

Jeune mamanGrossesse et accouchementDouleur dans le vagin en fin de grossesse : quand faut-il s'inquiéter ?

Lorsque la grossesse touche à son terme, une future maman peut ressentir toutes sortes de sensations qu’elle doit savoir décrypter. Tel est notamment le cas des douleurs dans le vagin. Que signifient-elles ? Ces douleurs doivent-elles inquiéter ? Cet article fournit plusieurs informations à ce sujet.

L’utérus et le vagin se préparent au jour J

Vers la fin de la grossesse, une future maman a généralement une sensation de pesanteur pelvienne et perçoit des douleurs dans le vagin. Elle peut également ressentir des contractions. Ces dernières ne doivent pas alarmer si elles sont peu intenses et irrégulières. Il s’agit en effet des contractions de pré-travail.

Toutes ces sensations sont normales. Elles sont le signe que le corps de la femme se prépare au jour J. Concrètement, elles indiquent le début de la maturation du col de l’utérus et de la descente de bébé dans le bassin.

Les signes annonciateurs du début du travail

Il n’est pas rare qu’un bébé naisse avant la date prévue d’accouchement. De ce fait, il est crucial d’apprendre à reconnaître les signes annonciateurs du début du travail. En fin de grossesse, une femme enceinte est susceptible de connaître toutes sortes de désagréments comme :

  • Une importante fatigue ;
  • Des tiraillements dans le bas-ventre ;
  • Des nausées ;
  • Des envies pressantes d’uriner ;
  • Des maux de dos.

Elle peut aussi remarquer des pertes gélatineuses pouvant contenir de légères traces de sang : il s’agit du bouchon muqueux. Cet amas de glaire cervicale a pour rôle de protéger l’utérus contre les infections durant la grossesse. Il est expulsé sous l’effet des contractions de pré-travail. Tous les signes évoqués précédemment n’indiquent cependant pas que l’accouchement est imminent. En cas de rupture de la poche des eaux ou de contractions régulières en revanche, il ne faut pas tarder à se rendre à la maternité. En effet, il s’agit de signes révélateurs du début du travail.

À quoi ressemblent les douleurs ligamentaires de grossesse ?

Les douleurs ligamentaires surviennent à tous les stades de la grossesse. Il convient de déterminer à quoi elles ressemblent pour éviter de les confondre avec les contractions. Il faut tout d’abord savoir que les douleurs ligamentaires ressenties par une femme enceinte sont notamment dues à l’augmentation du volume de l’utérus. Ce phénomène sollicite énormément les ligaments qui maintiennent cet organe aux os du bassin.

Source : Shutterstock – Par Emily frost

En fin de grossesse, les douleurs ligamentaires peuvent limiter considérablement la future maman dans ses mouvements et déplacements. Elles se manifestent principalement par des tiraillements constants dans le bas du ventre. Parfois, elles sont aussi ressenties dans les fesses et les cuisses. Généralement, ces douleurs s’apparentent à des picotements ou à des petits coups d’aiguille. Néanmoins, elles peuvent être plus fortes, ressemblant alors à des décharges électriques ou à des cisaillements. Il arrive aussi qu’elles donnent l’impression que bébé est descendu très bas. Les douleurs ligamentaires sont certainement très gênantes. Il ne s’agit pas pour autant de contractions.

Comment reconnaître des contractions ?

Les contractions sont une tension de l’utérus. Lorsqu’elles surviennent, le ventre de la femme enceinte se serre et durcit. Les contractions durent seulement quelques secondes tandis que les douleurs ligamentaires sont continues. Elles peuvent par ailleurs se déclarer à tout moment. Pour leur part, les tiraillements ligamentaires se déclarent surtout le matin, en fin de journée et lors d’un changement de position.

Les premières contractions de travail ressemblent à des crampes menstruelles ou à des douleurs dans le dos et apparaissent toutes les 20 ou 30 minutes. Progressivement, les douleurs augmentent d’intensité. Leur durée s’allonge également. En outre, elles se rapprochent de plus en plus pour finalement survenir toutes les 3 à 5 minutes.

Quels sont les symptômes de la fausse couche ?

La fausse couche est l’une des pires craintes des femmes enceintes. Apprendre à reconnaître ses symptômes peut aider à vivre la grossesse plus sereinement. La fausse couche se manifeste généralement par des saignements vaginaux de couleur rouge clair à rouge foncé, parfois abondants. Elle peut s’accompagner de fortes douleurs abdominales.

La brusque disparition des symptômes de grossesse est aussi un signe de fausse couche. Il se peut notamment que la femme ne ressente plus de douleur au niveau de ses seins ou qu’elle ne souffre plus de nausées et de vomissements. Si la fausse couche survient après la 12ème semaine de grossesse, des contractions semblables à celles de l’accouchement peuvent survenir. Chez certaines femmes, l’interruption spontanée de la grossesse ne se manifeste par aucun signe particulier. Dans ce type de situation, elle est détectée seulement lors d’une échographie de contrôle.

Il est important de noter que les saignements durant la grossesse n’indiquent pas systématiquement une fausse couche. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas les minimiser. En cas de saignements, une femme enceinte doit consulter un médecin en urgence.

Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here