Le guide des parents pour une entrée en crèche réussie

LifestyleLe guide des parents pour une entrée en crèche réussie
- Advertisement -

Il est normal pour un parent d’être inquiet quand le temps de reprendre le travail arrive. Le congé prend fin et il va falloir confier le(la) petit(e) à la crèche. Les dossiers ont été reçus. La réservation de place n’est donc plus un problème. Mais quel est cet état d’angoisse ? En effet, nous avons toujours quelques appréhensions face à cette première séparation, même si elle est momentanée. Les questions se bousculent. Comment ira le petit sans nous ? Qui sont ces personnes responsables de sa garde ? Va-t-il bien manger en notre absence ? Pour passer ce cap, il va falloir se préparer mentalement et matériellement. Mais surtout, le plus important est de préparer l’enfant. Voici quelques conseils pour réussir l’entrée en crèche. 

Un lien de confiance à établir

Les établissements communaux sont excellents, mais la crèche privée multi-accueil offre un avantage certain, notamment au niveau de l’accessibilité. Cependant, vous allez faire garder votre tout-petit par des professionnels que vous ne connaissez pas encore. Êtes-vous inquiet ? Si c’est le cas, il suffit de commencer à fréquenter l’établissement avant la rentrée. Ce sera une sorte de reconnaissance des lieux pour vous et le petit(e) avant le jour J. 

La période appelée « familiarisation » ou « adaptation en crèche » permettra de faire intimement connaissance avec ces spécialistes. Cette étape permettra à l’enfant de pré-développer un sentiment de sécurité face au nouvel environnement et par rapport aux éducateurs. En effet, le bambin doit prendre ses repères dans cet endroit inconnu.

Confier son enfant n’est franchement pas une chose facile et c’est pour quoi il faut bien choisir comment faire garder son enfant. Pour les auxiliaires en puériculture, c’est lors de cette période d’adaptation qu’ils recueillent les informations importantes à propos de l’enfant. Il s’agira surtout des petites habitudes, de ses occupations ou encore de l’heure des repas. Plus ces responsables disposent d’informations, mieux ce sera pour l’adaptation de votre enfant.

Un lien de confiance à établir
Source : cottonbro / pexels

L’avis des psychologues et l’expérience des mamans

Parlons des parents !

Ce sentiment d’abandon que vous ressentez n’en est pas un. Souvenez-vous ! Les puériculteurs des crèches sont des professionnels. Ils savent parfaitement comment prendre soin des bébés, même lorsqu’ils sont encore nourrissons. Ainsi, il n’est pas utile d’envahir votre esprit de mauvaises pensées. En fin de journée, vous allez récupérer votre enfant.

Pour une séparation en douceur, commencez par confier votre bébé à une autre personne pendant 10 ou 20 minutes. De ce fait, les parents et l’enfant s’accommodent très progressivement à l’absence de l’autre. Au fil des jours, il sera possible de s’éloigner, en changeant de pièce ou même en sortant. Pensez à rallonger la durée de la distanciation !

Comment préparer l’enfant ?

Pour un enfant âgé de 2 à 3 ans, la communication est la clé. Avant la visite de la crèche, dites-lui que maman va travailler, que papa va travailler, que son frère ou sa sœur ainé(e) va à l’école. Il cherchera automatiquement à avoir sa propre activité aussi. Pour rappel, plus vous prendrez un ton joyeux et apaisé, plus ce petit ange sera rassuré.

Dès la visite de la crèche, montrez à l’enfant où il dormira, où il va prendre son déjeuner et où seront ses affaires. Cet endroit est nouveau pour lui. Par conséquent, y mettre quelques jouets ou autres objets familiers facilitera l’adaptation.

Et surtout, le jour J, signalez votre départ ! Informez l’enfant, en lui disant « on se voit ce soir ». Et pas de longs adieux avec un long et gros câlin. N’hésitez pas à donner des marqueurs temporels pour l’heure de votre retour. « Quand le soleil sera là-bas, quand la petite aiguille de la montre sera ici, on reviendra te prendre ».

En fin de compte, la séparation est plus dure pour les parents. C’est davantage le cas pour un tout petit qui est à peine en éveil. Si votre enfant pleure lors de votre départ, il faut garder une chose en tête : une séparation compliquée ne veut pas dire que toute sa journée le sera forcément. Les parents doivent apprendre à lâcher prise pour le bien de leurs enfants.

Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -Ad Spot