Comment savoir que je suis enceinte si je prends la pilule ?

Jeune mamanGrossesse et accouchementComment savoir que je suis enceinte si je prends la pilule ?

La pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée par les femmes en France. Selon son type, elle a pour effet de bloquer l’ovulation ou d’empêcher le passage de spermatozoïdes. Comme tout autre moyen de contraception, la pilule n’est pas efficace à 100 %. Parcourez cet article pour en apprendre davantage sur ce sujet.

Peut-on tomber enceinte en prenant la pilule ?

Une femme peut tomber enceinte en prenant la pilule. En effet, cette dernière est fiable à 99 % comme l’indique l’indice de Pearl. Il s’agit d’une mesure établie par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) pour déterminer l’efficacité théorique des différents moyens de contraception féminine et masculine.

En guise d’exemple, le dispositif intra-utérin (DIU) au lévonorgestrel affiche 99,8 % d’efficacité. Pour sa part, la pilule présente exactement 99,7 % de fiabilité. Concrètement, 0,3 femme sur 100 est tombée enceinte bien qu’elle ait pris correctement la pilule.

Les signes d’une grossesse sous pilule

Les signes d’une grossesse sous pilule sont pratiquement les mêmes que les symptômes qui surviennent chez une femme tombée enceinte sans moyen de contraception. Parmi ceux-ci figurent notamment :

  • Une fatigue inhabituelle ;
  • Des nausées ;
  • Des seins douloureux ou sensibles ;
  • Une hausse d’environ 0,5 °C de la température basale (température corporelle directement prise au réveil).

En cas d’apparition de l’un de ces symptômes ou de plusieurs d’entre eux, réalisez rapidement un test de grossesse. Ce dernier permet de détecter la présence d’hormone chorionique gonadotrope (HCG) dans l’urine. À partir de la nidation, sa quantité augmente chaque semaine. Pour optimiser la fiabilité du test, faites-le avec la première urine du matin. C’est en effet à ce moment que la concentration en HCG est la plus élevée. Si vous avez un doute ou souhaitez confirmer un résultat positif, demandez un test sanguin. Sa fiabilité est de 100 %. Pour le faire, vous devrez vous rendre dans un laboratoire d’analyses médicales.

Source : Shutterstock – Par AlejandroCarnicero

Les principales causes d’échec de la pilule

L’oubli est l’une des principales causes d’échec de la pilule. Cette erreur d’observance fait tomber son efficacité à 8 %. Un seul oubli est donc suffisant pour qu’une femme tombe enceinte s’il coïncide avec sa période d’ovulation. En cas de rapport sexuel suite à un oubli, il convient de se rendre en pharmacie pour se procurer une contraception d’urgence.

Un dosage inapproprié est un autre facteur susceptible d’affecter l’efficacité de la pilule. En outre, l’échec de ce moyen de contraception peut être lié à l’interaction avec d’autres médicaments. Certaines substances accélèrent la destruction des hormones contenues dans la pilule par les enzymes du foie. D’autres médicaments éliminent les bactéries qui se trouvent dans le tube digestif, empêchant ainsi l’absorption des hormones de la pilule. Parmi les médicaments incompatibles avec cette contraception orale figurent entre autres :

  • Les médicaments antiépileptiques ;
  • Les médicaments contre la tuberculose ;
  • Les inhibiteurs de la protéase du VIH ;
  • Certains médicaments contre la migraine ;
  • Certains médicaments contre la maladie du sommeil ;
  • Certains médicaments contre l’hypertension artérielle pulmonaire ;
  • Les laxatifs lubrifiants à l’huile de paraffine ;
  • Le charbon actif ;
  • La griséofulvine (médicament contre les mycoses).

Certains traitements de phytothérapie sont aussi connus pour diminuer l’efficacité de la pilule. Tel est notamment le cas du millepertuis.

Est-ce dangereux de tomber enceinte sous contraceptif ?

La découverte d’une grossesse sous pilule peut susciter une certaine inquiétude chez les femmes qui décident de ne pas l’interrompre. Les spécialistes de santé sont toutefois unanimes : la pilule n’a pas d’incidence sur le développement de l’enfant à naître. En effet, l’œstrogène et la progestérone sont sécrétés en grande quantité durant la grossesse. Les variations d’hormone inhérentes à la prise de pilule n’ont donc pas d’impact sur le fœtus. Autrement dit, aucun risque de malformation lié à ce moyen de contraception n’est à craindre.

La prise de la pilule au début de la grossesse n’a non plus aucune conséquence sur la santé de la mère. Quoi qu’il en soit, son arrêt est recommandé dès la confirmation de la grossesse. Il convient également de signaler à son gynécologue que la conception a eu lieu sous pilule. De cette manière, il pourra réaliser une échographie de datation précoce pour déterminer précisément la date de début de la grossesse. Cet examen permettra également de vérifier que l’embryon s’est bien implanté dans l’utérus et non à l’extérieur de celui-ci.

A-t-on ses règles lorsqu’on est enceinte et qu’on prend la pilule ?

Avant tout, il convient de rappeler qu’il existe 2 types de pilules : la pilule combinée et la pilule progestative. La pilule combinée est aussi appelée pilule œstro-progestative, car elle est composée d’œstrogène et de progestérone. Elle se prend pendant 21 jours successifs. Par la suite, la femme observera un arrêt de 7 jours avant d’entamer une nouvelle plaquette ou prendra un placebo (comprimé sans hormone) durant 7 jours.

Les règles surviennent durant cette période. Il ne s’agit cependant pas de menstruations à proprement parler. Ce sont plutôt des hémorragies de privation, aussi appelées règles artificielles. Ces saignements sont provoqués par la baisse brutale du taux d’hormone à l’arrêt d’une plaquette. Ce phénomène entraîne la desquamation de l’endomètre (muqueuse qui recouvre la cavité utérine).

La plupart du temps, les hémorragies de privation sont moins abondantes que les règles. Parfois, elles se manifestent sous forme de pertes sanguines très légères de couleur marron ou rosée. Elles peuvent évoluer au fil du temps jusqu’à devenir complètement inexistantes.

Pour sa part, la pilule progestative contient uniquement de la progestérone. Elle est prescrite aux femmes pour lesquelles la pilule œstro-progestative est contre-indiquée. Tel est notamment le cas des fumeuses, des mères allaitantes, des femmes avec une prédisposition génétique à la thrombose artérielle ou veineuse ainsi que celles qui ont subi un AVC. Prise de façon continue, la pilule progestative peut également être prescrite aux femmes qui ne désirent plus avoir de règles. Cet effet n’est cependant pas systématique. Autrement dit, des saignements peuvent aussi survenir en cas de prise de pilule progestative.

Dans tous les cas, les saignements cessent généralement chez une femme enceinte sous pilule.

Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here