Découvrez la courge barbarine un fruit peu connu dérivé de la pastèque

Cuisine quotidienneDécouvrez la courge barbarine un fruit peu connu dérivé de la pastèque

Connaissez-vous la courge barbarine ? Son nom n’est pas du tout représentatif, puisqu’il ne s’agit pas d’une courge, mais d’une pastèque utilisée principalement dans les confitures. Nous avons décidé de vous présenter ce délicieux fruit.

Qu’est-ce que la courge barbarine ?

Si elle commence à faire partie des fruits méconnus, la courge barbarine (aussi appelée pastèque à confiture, méréville ou gigérine) ne l’a pas toujours été. Auparavant, elle était extrêmement utilisée chez les confiseurs du Sud de la France dans les fruits confits, mais il fallait s’armer de patience pour faire le tri dans la chair et les pépins. Ce travail de longue haleine dans une société où le temps est compté n’a plus vraiment sa place. Le résultat est que sa production et sa consommation se sont fortement ralenties.

Originaire d’Afrique, elle a besoin de beaucoup de chaleur pour être cultivée. Elle n’est pas rustique et ne supporte pas le gel, contrairement à d’autres fruits. C’est pour cela que l’Italie et l’Espagne en produisent davantage. La courge barbarine ne ressemble ni plus ni moins qu’à une pastèque, fruit avec lequel elle partage beaucoup de similarités. Néanmoins, sa chair au lieu d’être rouge flamboyante comme la pastèque que l’on connaît est blanche d’où son surnom de pastèque blanche.

Elle fait partie des fruits et légumes d’automne, puisqu’elle se récolte en août et septembre. Vous pouvez dès à présent la rajouter à votre liste de courses type de la saison.

Comment manger la courge barbarine ?

La courge barbarine ne consomme pas crue, elle doit être nécessairement cuite. Elle se cuisine très bien en confiture et en gelée, et elle a aussi longtemps été utilisée pour les fruits confits. Sa peau tout comme celle de la pastèque ne se mange pas, seule sa chair nous intéresse, mais elle recèle de pépins et il est compliqué de faire le tri.

Quel goût à la courge barbarine ?

Sa chair est très douce, fondante et un peu sucrée, d’où le fait qu’elle soit particulièrement appréciée dans les confitures.

Comment manger la courge barbarine ?
Source : CuisineAz

Quelles sont les vertus de la courge barbarine ?

Elle est juteuse et peu sucrée, ce qui en fait un fruit désaltérant et très peu calorique ! Elle contient également des vitamines B et C, nécessaires pour le bon fonctionnement de l’organisme. Vous voulez avoir une bonne alimentation ? D’un point de vue général, privilégiez les fruits et les légumes, puisqu’ils contiennent tous énormément de minéraux et de vitamines !

Où trouver de la courge barbarine ?

Vous pouvez très facilement vous procurer des plants à Truffaut, mais davantage sous le nom de pastèque à confiture. Pour acheter le fruit tel quel, vous aurez plus de chance de le trouver sur un étal marchand dans le sud de la France que dans le nord.

Comment cuisiner la courge barbarine ?

Voici une excellente recette de confiture de courge barbarine, à réaliser sur deux jours.

Ingrédients :

  • 1 courge barbarine
  • 500 grammes de sucre par kilos de courge barbarine 
  • Un peu de liqueur de vanille ou du rhum (1 cuillère à soupe de grains si vous n’utilisez pas de liqueur de vanille)
  • 2 à 3 tranches de citron
  • 1 à 2 anis étoilés

Étapes :

JOUR 1

  1. Travaillez la courge. Il faut lui retirer sa peau et ses pépins. Lorsque cela est fait, découpez-la en petits morceaux.
  2. Pesez les morceaux, versez les dans une marmite et rajoutez la moitié de leur poids en sucre. Remuez doucement et laissez macérer le temps d’une nuit.

JOUR 2

  1. Ajoutez la liqueur de vanille (ou le rhum, vous pouvez aussi laisser les deux), les tranches de citron (à vous de voir si vous voulez laisser la peau ou non), ainsi que l’anis étoilé.
  2. Mettez votre marmite remplie du mélange sur un feu moyen jusqu’à la première ébullition, puis diminuer le feu de manière que seuls quelques petits bouillons persistent.
  3. Laissez mijoter ainsi une heure tout en remuant doucement de temps en temps. Enfin coupez le feu, couvrez et laissez refroidir.
  4. Répétez l’étape 2 du deuxième jour dès que votre marmite est tiède
  5. Vous n’avez plus qu’à remplir vos pots de confiture, préalablement stérilisés. 
Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -Ad Spot
Rate this post