Jeune mamanAllaitementCandidose mammaire : Comprendre, traiter et prévenir pendant l'allaitement

Candidose mammaire : Comprendre, traiter et prévenir pendant l’allaitement

L’allaitement maternel est une expérience merveilleuse pour de nombreuses mamans, mais il peut parfois être accompagné de petites épreuves. La candidose mammaire est l’un de ces problèmes fréquents auxquels certaines mamans peuvent être confrontées lors de leur période d’allaitement.

Qu’est-ce que la candidose mammaire ?

La candidose mammaire est une infection fongique des tissus du mamelon et, parfois, du sein profond, causée principalement par le champignon Candida Albicans. Ce champignon est naturellement présent sur notre peau et dans notre corps, notamment dans la bouche et l’intestin. Dans des conditions normales, il coexiste pacifiquement avec d’autres micro-organismes. Cependant, sous certaines conditions, le candida peut proliférer de manière excessive, causant des symptômes et des complications.

Le processus d’allaitement, bien que naturel et bénéfique, peut parfois créer un environnement propice à cette prolifération. L’environnement chaud et humide propre à la région du sein, l’humidité persistante due au lait maternel, ainsi que les possibles micro-lésions du mamelon causées par la tétée, peuvent en effet favoriser la multiplication du candida.

Il faut vraiment comprendre que ce phénomène n’est pas causé par un manque d’hygiène de la part de la maman. Au contraire, même les mamans les plus scrupuleuses dans leurs soins peuvent être confrontées à cette infection. En réalité, plusieurs facteurs peuvent déclencher une candidose mammaire : un déséquilibre du système immunitaire, la prise d’antibiotiques ou une alimentation riche en sucres peuvent par exemple favoriser la multiplication du champignon. Une chose est sûre : il est important de reconnaître les symptômes rapidement et de consulter un médecin pour bénéficier d’un traitement adapté.

Quels sont les symptômes d’une candidose mammaire?

La candidose mammaire peut être extrêmement inconfortable, voire douloureuse pour la maman allaitante. Reconnaître ses symptômes est la première étape pour obtenir le traitement adéquat. Voici une liste détaillée des symptômes fréquemment rencontrés lors d’une candidose mammaire :

  1. Douleurs au mamelon: Ces douleurs peuvent être ressenties soit pendant la tétée, soit entre les tétées. Elles peuvent être décrites comme des picotements, des brûlures ou même des sensations de tiraillements, elles sont semblables aux douleurs ressenties en cas de mastite mammaire.
  2. Mamelons roses ou rouges: Ils peuvent également présenter une apparence brillante ou même des petites plaques blanchâtres.
  3. Démangeaisons: Une sensation persistante de démangeaisons au niveau du mamelon ou de l’aréole est un signe très révélateur.
  4. Douleurs profondes dans le sein: Certaines mamans peuvent ressentir une douleur lancinante profonde après la tétée. Cette douleur peut s’étendre vers l’arrière du sein.
  5. Vasospasmes: Il s’agit de contractions soudaines et douloureuses des vaisseaux sanguins du mamelon, donnant une coloration blanche, bleue ou pourpre au mamelon après la tétée.
  6. Mamelon sec ou desquamé: La peau peut sembler sèche, craquelée ou desquamée, surtout autour de l’aréole.
  7. Douleur accrue malgré une bonne prise du sein par le bébé: Si le bébé a une bonne prise du sein et que la maman ressent toujours une douleur, cela peut indiquer une candidose mammaire.

Ces symptômes peuvent être confondus avec d’autres problèmes d’allaitement ou infections. Par exemple, une mauvaise position du bébé pendant la tétée ou une latch incorrecte peuvent aussi causer des douleurs au mamelon. C’est pourquoi il est primordial de consulter un médecin ou un spécialiste de l’allaitement pour avoir un diagnostic précis et un traitement adapté. La douleur ne devrait jamais être considérée comme une part normale de l’allaitement. Si vous ressentez un inconfort ou une douleur, il est essentiel d’en parler et de chercher de l’aide.

Source : Shutterstock – Par shisu_ka

Comment traiter la candidose mammaire?

Face à une candidose mammaire, la prise en charge rapide est essentielle pour assurer le confort de la maman et la continuité de l’allaitement. L’approche thérapeutique nécessite souvent une combinaison de mesures médicales et d’ajustements à la routine d’allaitement.

Antifongiques topiques :

  • Sur ordonnance du médecin, des crèmes antifongiques peuvent être appliquées sur les mamelons après chaque tétée. Nystatine et miconazole sont souvent prescrits. Il est vital de suivre les recommandations sur la durée du traitement, même si les symptômes semblent disparaître plus tôt.

Traitement oral :

  • Dans les cas plus sévères ou persistants, le médecin peut prescrire un antifongique oral comme le fluconazole. Ce médicament agit de l’intérieur pour combattre l’infection.

Hygiène rigoureuse :

  • Il est crucial de changer les coussinets d’allaitement fréquemment et de les laver à haute température pour éliminer le champignon.
  • Laver les mains avant et après chaque tétée ou l’application de la crème antifongique est fondamental pour prévenir la propagation.

Ajustements dans la routine d’allaitement :

  • Assurez-vous que votre bébé ait une bonne prise au sein pour éviter une irritation supplémentaire.
  • Il est aussi bénéfique de varier les positions d’allaitement pour réduire la friction continue sur une même partie du mamelon.

Exposer les mamelons à l’air libre :

  • Cela peut aider à réduire l’humidité, un terrain propice pour le candida. Après la tétée, permettre aux mamelons de sécher à l’air peut faire une grande différence.

Traitement du bébé :

  • Si votre bébé présente des symptômes de muguet (candidose orale), il aura également besoin d’un traitement. Assurez-vous de suivre les directives du médecin pour traiter efficacement votre bébé.

Lavez tout ce qui touche la bouche de bébé :

  • Stérilisez les tétines, les anneaux de dentition, les jouets que votre bébé met dans sa bouche et les pièces de tire-lait. Ceci évitera la réinfection et la propagation du champignon.

Essayez des probiotiques :

  • Avec l’approbation de votre médecin, prendre des probiotiques peut aider à rétablir l’équilibre des bonnes bactéries dans votre corps, en combattant ainsi le candida.

Lorsque vous êtes confrontée à une candidose mammaire, la persévérance et la patience sont essentielles, n’oubliez pas de maintenir une bonne alimentation pour poursuivre votre production de lait. Suivez le traitement prescrit, adaptez votre routine d’allaitement si nécessaire, et n’hésitez pas à solliciter le soutien d’un consultant en lactation ou d’un groupe d’allaitement pour des conseils et un soutien émotionnel.

Source : Shutterstock – Par Alexander_Safonov

La candidose mammaire est-elle dangereuse pour mon bébé ?

La candidose mammaire en elle-même n’est pas directement dangereuse pour le bébé. Toutefois, le champignon Candida, responsable de cette infection, peut se transmettre de la mère à l’enfant pendant l’allaitement, donnant lieu à une infection orale chez le bébé, appelée muguet. Il est essentiel de comprendre que bien que le muguet puisse causer un certain inconfort à votre enfant, en provoquant des démangeaisons ou une douleur dans la bouche, il est généralement bénin et traitable. Assurez-vous simplement de consulter un médecin dès que vous soupçonnez une transmission pour obtenir un traitement adapté.

Peut-on continuer d’allaiter avec une candidose mammaire ?

Oui, vous pouvez et devriez continuer d’allaiter, même si vous avez une candidose mammaire. Arrêter brusquement l’allaitement peut engendrer d’autres complications, telles que l’engorgement des seins. Suivre les recommandations médicales pour traiter la candidose et prévenir sa transmission à votre bébé. La poursuite de l’allaitement, malgré une candidose mammaire, peut aider à maintenir la production de lait et à renforcer le lien entre la maman et le bébé.

Comment savoir si le bébé est infecté par la candida ?

Si le Candida se transmet à votre bébé pendant l’allaitement, il peut développer du muguet. Voici quelques signes à surveiller :

  • Taches blanches dans la bouche : Elles peuvent ressembler à des résidus de lait, mais contrairement à ces derniers, elles ne disparaissent pas facilement lorsqu’on tente de les essuyer.
  • Rougeurs : Vous pouvez remarquer des rougeurs autour de la bouche de votre bébé ou encore une éruption cutanée sur ses fesses (candidose du siège).
  • Irritabilité : Le bébé peut devenir plus irritable, en particulier pendant ou après les tétées. Cela est dû à l’inconfort ou à la douleur causée par le muguet.
  • Refus de téter : En raison de l’inconfort ou de la douleur, certains bébés peuvent temporairement refuser le sein.
Rebecca
Maman d'un petit garçon et complètement bouleversée par la maternité, je souhaite partager mes connaissances acquises et mes conseils aux mamans en devenir.