Allaitement et alcool, quelques informations utiles

Jeune mamanAllaitementAllaitement et alcool, quelques informations utiles

Outre des bienfaits physiologiques, l’allaitement présente un certain nombre d’avantages sur le plan psychologique (réduction du risque de dépression post-partum, renforcement du lien affectif avec bébé, etc.). Encore faut-il qu’il ne soit pas vécu par la mère comme une contrainte. Vous pouvez de ce fait vous demander si l’allaitement est compatible avec l’alcool. Voici quelques informations utiles à ce sujet.

L’alcool passe-t-il dans le lait maternel ?

Lors de la mise en place de l’allaitement, différentes questions peuvent vous venir à l’esprit. Si vous aviez l’habitude de consommer de l’alcool avant votre grossesse, vous vous demandez sûrement s’il est possible d’en prendre alors que vous allaitez.

Sachez que l’alcool passe dans le lait maternel. Suite à la consommation d’une boisson alcoolisée par une mère allaitante, de l’alcool se retrouve dans son lait dans les mêmes proportions que la quantité qui passe dans son sang. Par exemple, si votre alcoolémie est de 0,2 g par litre de sang après la consommation d’un verre de vin, votre lait maternel contiendra également 0,2 g d’alcool par litre.

Combien de temps prend l’élimination de l’alcool dans le lait maternel ?

Bien que la quantité d’alcool qui passe dans le lait maternel après la consommation d’un verre soit minime, il est conseillé d’attendre un certain temps avant d’allaiter de nouveau votre bébé. De cette manière, le corps pourra éliminer l’alcool ingéré.

Source : Shutterstock – Par belushi

Selon des études, ce processus est plus rapide chez une mère allaitante par rapport à une femme qui ne donne pas le sein. L’élimination du contenu d’un verre l’alcool passé dans le lait maternel prend environ 2 heures. Si vous avez pris deux verres, ce temps augmente à 4 heures.

Il existe des tableaux qui indiquent la durée d’élimination de l’alcool dans le lait maternel en fonction du poids de la mère et du nombre de verres qu’elle a pris. Vous pouvez les consulter si vous voulez obtenir plus de précision.

L’impact de la consommation d’alcool sur le bébé

Les spécialistes de la lactation s’accordent à dire qu’une consommation d’alcool occasionnelle et modérée est compatible avec l’allaitement, car cela ne risque pas de se répercuter sur la santé du bébé. Les seuls effets pour l’enfant sont des accès de somnolence.

Il est néanmoins déconseillé de consommer de l’alcool dans les premiers jours qui suivent l’accouchement. En effet, le colostrum est produit au cours de cette période. Or, le volume de cette substance qui contient tous les éléments dont le bébé a besoin est très faible. De ce fait, l’alcool qui s’y retrouvera suite à la consommation d’un ou de plusieurs verres sera forcément plus concentré.

De même, la consommation régulière d’une grande quantité d’alcool doit absolument être évitée durant l’allaitement. Tout d’abord, cette pratique risque de diminuer la quantité de lait qui parvient au bébé. De plus, elle est susceptible de nuire à son développement moteur. Certaines études révèlent également qu’une importante consommation d’alcool par une femme allaitante augmente les risques de troubles du spectre de l’autisme et d’hyperactivité chez un enfant plus grand.

La bière est-elle conseillée pendant l’allaitement ?

Il existe une croyance populaire selon laquelle la bière augmente la production de lait maternel. De nombreuses femmes n’hésitent donc pas à inclure cette boisson dans leur alimentation pour l’allaitement. Des études menées par le chercheur français Louis-Marie Houdebine ont démontré que les bêtaglucanes contenus dans le malt d’orge qui sert à fabriquer la bière favorisent effectivement la montée de lait. Ce phénomène est lié à l’action stimulante de ces molécules sur l’hypophyse, ce qui fait croître la sécrétion de prolactine (hormone qui joue un rôle majeur dans le déclenchement et le maintien du processus de lactation).

Il faut néanmoins noter que cet effet est annulé par l’alcool étant donné que ce dernier a tendance à bloquer le réflexe d’éjection du lait maternel. Pour bénéficier des bienfaits du malt, vous pouvez opter pour des bières sans alcool. Ces boissons ne contiennent en effet aucune molécule d’éthanol.

À part la bière, de nombreux autres aliments peuvent aussi être consommés dans le but de favoriser la production de lait maternel. D’ailleurs, si vous rencontrez des difficultés à ce sujet, il vaut mieux se tourner vers une consultante en lactation IBCLC pour obtenir des conseils.

Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here