Allaitement : quelle alimentation adopter ?

Jeune mamanAllaitementAllaitement : quelle alimentation adopter ?

Pendant la grossesse, on doit faire quelques concessions au niveau de l’alimentation. Mais qu’en est-il si on allaite notre bébé ? Quels sont les aliments à éviter ? Faut-il manger plus lorsqu’on allaite ? Nous allons voir comment s’alimenter en tant que mère allaitante. Je vais aborder ici tout ce qui concerne les aliments à éviter, ceux à favoriser, ainsi que la quantité de calories à ingérer pour subvenir aux besoins nutritionnels de votre organisme et à celui de votre enfant.

Le régime alimentaire à adopter pendant l’allaitement

Lorsqu’on souhaite mettre en place l’allaitement maternel, il est nécessaire de se pencher sur la question de l’alimentation. En effet, tout ce que vous ingérez est redistribué dans le lait maternel. C’est votre lait qui va assurer l’apport de nutriments nécessaires à la croissance de votre bébé. C’est pourquoi vous ne devez pas avoir de carence. Il est donc primordial d’adopter une alimentation équilibrée, variée et saine. L’apport en protéines et en calcium doit être suffisant. Il n’y a pas de régime à proprement parler pour les mères allaitantes.

En revanche, il est préférable pour vous et votre bébé que vous adoptiez une alimentation exempte de produits industriels. Mangez de préférence des aliments bruts et non transformés. En outre, respectez les indications concernant les familles d’aliments. À chaque repas, votre assiette doit contenir des protéines (grâce à la viande, au poisson, aux crustacés, aux œufs ou aux substituts végétariens), des vitamines (grâce aux légumes) et du sucre lent grâce à des féculents (complets comme le riz ou les pâtes complètes).

Quels sont les aliments interdits ou à éviter quand on allaite ?

Quand on allaite, il est important d’intégrer le fait que chaque aliment, chaque boisson ou chaque cigarette aura un impact sur le lait maternel. Par conséquent, on proscrit l’alcool, le tabac, les aliments à index glycémique élevé qui sont pour la plupart des produits Industriels.  En outre, sur la liste des aliments à éviter pendant l’allaitement, on peut ajouter les boissons énergisantes, le thon blanc qui contient du mercure, ainsi que le thé et le café qui sont des boissons énergisantes.

Si vous avez absolument envie de boire un verre lors d’une occasion, vous pouvez réduire les risques d’exposition de votre bébé. Pour cela, allaitez votre enfant juste avant de boire votre verre. Buvez beaucoup d’eau avant la prochaine tétée. Généralement, il se passe au moins trois heures entre le verre et la tétée suivante. Autrement, l’option la plus sécurisante reste le tire-lait. Si vous avez l’habitude de faire des biberons avec votre propre lait, vous pouvez passer une soirée en toute tranquillité.

Quels aliments favorisent l’allaitement ?

L’allaitement est avant tout une question de lactation. Chaque maman produit du lait en quantité différente. Il existe certains aliments naturels qu’on appelle des aliments galactogènes. Cela signifie qu’il stimule la lactation. Parmi ces aliments, on peut citer les amandes, les noix de cajou, le fenugrec, le fenouil, le malte d’orge, la levure de bière, l’infusion d’anis, le cumin, le chardon marie ou encore le Moringa. La liste est plutôt longue et variée, car vous pouvez consommer des épices, des plantes, des oléagineux, des légumes qui vont vous permettre de produire plus de lait.

Source : Shutterstock – Par Pixel-Shot

Dois-je boire plus lorsque j’allaite ?

Comme on le sait tous, n’importe quel lait est composé avant tout d’eau. Par conséquent, il semble parfaitement logique que les besoins en hydratation d’une maman allaitante sont supérieurs à celle d’une maman qui n’allaite pas. Pendant la période d’allaitement, il est donc nécessaire de boire plus d’eau. Ne vous en faites pas ! Le fait de boire 1/2 L ou 1 L d’eau supplémentaire ne va pas augmenter le volume de votre lait ou bien stimuler sa production. L’eau va vous permettre de sécréter un lait de meilleure qualité et de bien évacuer les toxines.

En outre, votre corps a tout simplement besoin d’eau supplémentaire, car l’hydratation sera répartie différemment dans votre organisme. Pour augmenter votre consommation d’eau sans avoir l’impression d’être potomane, vous pouvez prendre l’habitude de boire un verre d’eau après chaque tétée. Si on ajoute à cela le litre et demi recommandé, vous serez parfaitement hydratée pour la journée.

Faut-il manger plus lorsqu’on allaite ?

En moyenne, on estime qu’une femme allaitante doit consommer 500 calories de plus par jour. Cela peut varier en fonction de votre degré d’activité, de votre IMC et de votre mode d’allaitement (exclusif ou mixte). Si vous ne souhaitez pas rentrer dans des calculs pour connaître votre métabolisme de base, votre consommation de calories habituelle et vos besoins supplémentaires en termes de nourriture, vous pouvez toujours consulter une diététicienne ou bien simplement écouter votre corps. Le meilleur conseil qu’on puisse suivre lorsqu’on est une maman allaitante, c’est de manger des aliments sains et riches en nutriments.

Dois-je prendre des vitamines pour la lactation ?

Pour que votre lait maternel soit suffisamment nutritif, vous devez absolument faire le plein de vitamine D et de calcium.

  • Vitamine D : pour atteindre son objectif journalier, il suffit d’exposer 10 cm² de sa peau pendant 15 minutes au soleil. Si le temps n’est pas propice à la synthétisation de la vitamine D, il suffit de prendre des compléments alimentaires. Généralement, lorsque vous souhaitez allaiter après une césarienne ou un accouchement par voie basse, on vous fait une ordonnance avant votre sortie de la maternité.
  • Calcium : votre bébé a besoin de beaucoup de calcium pour son développement. Vous trouverez du calcium dans des aliments qui peuvent vous sembler surprenant. Par exemple, les oléagineux, les fruits de mer et certains légumes verts sont riches en calcium. Au niveau des produits laitiers, favoriser le lait de brebis qui contient plus de calcium que le lait de vache.

Bien entendu, vous devez maintenir un bon niveau de vitamines, de fer, de magnésium, de zinc et autres oligo-éléments. Pour cela, répétons-nous encore une fois : mangez équilibré et varié. En cas de grosse fatigue, n’hésitez pas à vous rendre chez votre médecin traitant pour faire une prise de sang. En cas de carence importante, ce dernier pourra vous prescrire des compléments alimentaires pour vous aider à retrouver votre énergie. Enfin, n’oubliez pas que le sommeil est important pour votre santé et pour bien assimiler les micro nutriments !

Rate this post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here